Édition en mode texte de {Avocat Paris Bruxelles}

Maître Anne PIGEON-BORMANS, Avocat inscrit au Barreau de Paris exerce, depuis 1993, en droit des affaires, droit d’auteur, droit de l’architecture, droit des marques, des dessins et modèles, droit de l’internet, de la publicité et de la communication, droit à l’image et droit à la vie privée, en France et dans toute l’Europe.


Sommaire de la page :

Articles

Articles récents

Rubrique : {Contact et Informations}

Mentions légales et Règlement Général de Protection des Données

Le vendredi 25 mai 2018 par Anne PIGEON-BORMANS, Avocat au barreau de Paris

Maître Anne PIGEON-BORMANS, Avocat inscrit au Barreau de Paris exerce, depuis 1993, en droit des affaires, droit d’auteur, droit de l’architecture, droit des marques, des dessins et modèles, droit de l’internet, de la publicité et de la communication, droit à l’image et droit à la vie privée, en France et dans toute l’Europe.

Maître Anne PIGEON-BORMANS est également correspondante à Paris de Maître Gilbert HENDLISZ avocat au Barreau Français de Bruxelles.

Paris :
- 6, place Saint Sulpice 75006 Paris
- e-mail : anne.bormans@gmail.com
- Tél. : +33 (0)1 45 44 10 33
- Mobile : +33 (0)6 98 02 05 42
- Fax. : +33 (0)1 45 48 80 27

Mentions légales et Règlement Général de Protection des Données

Avertissement et cookies :

L’ensemble des informations contenues sur ce site ne saurait remplacer une consultation juridique et ne saurait constituer un acte de conseil juridique.

Le présent site n’utilise pas de cookies à l’exception du formulaire de messagerie dont l’objet est uniquement à visée professionnelle.

Nous vous rappelons par ailleurs, que vous pouvez utilement à tout moment paramétrer vos navigateurs, Safari, Firefox, Chrome ou Internet explorer pour désactiver les cookies.

Directeur de la publication du site et responsable du traitement des données :

Maître Anne PIGEON-BORMANS, avocat au Barreau de Paris exerçant à titre indépendant , 6, place saint Sulpice à Paris 75006, Tel 01 45 44 10 33 - Fax 01 45 48 80 27, Email : anne.bormans@gmail.com.

Finalité unique du traitement :

Professionnelle et donc soumise à l’obligation légale de secret professionnel de l’avocat.

Délais d’effacement :

Ceux prévus par la loi.

Transmission à des tiers :

Aucune donnée n’est transmise à des tiers, à l’exception des personnes concernées par le traitement du dossier confié au cabinet. Aucune cession, aucun échange de fichier.

Droit d’accès de modification, de rectification et de suppression des données :

Vous pouvez à tout moment accéder aux informations personnelles vous concernant, demander leur modification ou leur suppression par simple mail : anne.bormans@gmail.com

Liens hypertexte :

Les liens hypertexte pointant soit vers la page d’accueil soit un article particulier sont autorisés. L’autorisation de mise en place d’un lien est valable pour tout support, à l’exception de ceux diffusant des informations à caractère politique, religieux, pornographique, xénophobe ou pouvant porter atteinte à la sensibilité du plus grand nombre. Au titre de cette autorisation, nous nous réservons un droit d’opposition.

Hébergement :

Online SAS
 BP 438, 75366 Paris Cedex 08
 Fax. : 01 73 50 26 05
 Tél. : 01 73 50 31 65

{Consulter} l'article avec son forum.


Rubrique : {BLOG}

Dernier ouvrage paru par Anne Bormans

Une saison chez Lévy

Janvier 2018, Editions DIGITAL BAZAR

Le mardi 15 mai 2018 par Anne PIGEON-BORMANS, avocat au Barreau de Paris

" Thierry Lévy est né et mort en hiver, le 30 janvier 2017, quelques jours seulement après son anniversaire, et quelques jours seulement avant mes 50 ans."

Ainsi commence Une saison chez Lévy, chronique de la collaboration de Me Anne Bormans avec le célèbre pénaliste il y a 25 ans.

Ce n’était pas gagné : c’est l’auteur du Désir de punir qu’elle souhaite connaître et leur première rencontre, orageuse, donne d’emblée le ton du récit, vif et bien enlevé. Des extraits de Convaincre, dialogue sur l’éloquence (conversation entre Thierry Lévy et Jean-Denis Bredin), scandent les étapes d’un apprentissage où mieux vaut se montrer capable de résoudre les difficultés par soi-même…

Qu’il s’agisse d’accéder à la bibliothèque du Palais en dehors des horaires réservés aux stagiaires, de convaincre un confrère inconnu, – mais avocat dûment certifié, lui, alors que n’ayant pas encore prêté serment, vous ne pouvez pas plaider – de vous assister dans cette délicate situation, ou d’échapper à un client trop entreprenant, « avocat, c’est un métier beaucoup plus rock’n’roll qu’on peut le croire de prime abord » constate Me Anne Bormans.

En filigrane se dessinent la personnalité hors norme de Thierry Lévy, ses colères, ses silences, une réflexion sur ce qui lie la parole de l’avocat à celui ou celle qu’il défend, et au-delà des avocats, un témoignage incontournable pour toute personne confrontée à un savoir, son apprentissage et sa transmission.

Disponible sur amazon en version broché et kindle : https://www.amazon.fr/saison-chez-Lévy-Anne-Bormans/dp/2365461964

Disponible en version ebooks sur iBooks (Apple) et Kobo (Fnac)

{Consulter} l'article avec son forum.


Rubrique : {Droit et Internet}

I LOVE YOU*, les robots, le sexe et le juriste

Le jeudi 1er mars 2018 par Anne PIGEON-BORMANS, avocat au Barreau de Paris

Au fil des années, il apparait que nous sommes devenus « sexless » le nombre de rapports moyens par mois ne cessant de diminuer. En cause, notre hyperconnectivité et les séries tv consommées de manière excessives (http://www.cosmopolitan.fr/,on-ne-fera-plus-l-amour-en-2030,1965913.asp). De même qu’un phénomène singulier comme la « sologamie » connaît une certaine actualité, certaines personnes s’épousent elle-même, d’autres chercheurs considèrent que l’amour entre humains et robots sexuels est inévitable et que ce type de mariage est également inéluctable.

Aux Etats-Unis, certains auteurs comme Gary Marchant se basant sur la décision Stonewall 5-4 Obergefell v Hodge de la cour suprême qui a reconnu le droit au mariage des personnes de même sexe sur tout le territoire américain, considère que les critères retenus par la plus haute juridiction américaine peuvent être transposés à une situation homme-machine. La cour suprême américaine a en effet, conclu dans cette affaire que la question du mariage se réduisait au « droit fondamental d’une personne au sein d’une société libre de choisir la nature de ses relations et le style de vie qu’elle désire mener dans la mesure où elle ne nuit pas à d’autres de manière déraisonnable ».

Cette formulation et ce raisonnement, typiquement de common law, montre bien que rien ne pourra s’opposer à cette évolution. Gary Marchant conclut ainsi que la question du mariage entre humains et robots n’est pas une question de droit des robots, mais concerne le droit d’un humain d’épouser un robot (Slate.fr « Les Humains devraient avoir le droit d’épouser des robots » 2 septembre 2015).

Si l’amour et le sexe avec les robots sont aujourd’hui une réalité, le mariage s’en suivra, inévitablement, de même la reconnaissance d’une personnalité juridique spécifique au robot.

En février 2017, Mady Delvaux députée européenne luxembourgeoise en charge des questions liées à la robotique estimait que pour le juriste, le développement de la robotique, qu’elle soit ludique ou à visée industrielle, posait des « défis juridiques et éthiques ».

S’agissant des robots de divertissement, et plus encore des love dolls dont le développement connait un essor grandissant, particulièrement au Japon et aux Etats-Unis, la député européenne et son groupe ont ainsi élaboré un texte à l’intention du parlement européen lui proposant de mettre en débat deux axes de réflexion « la création d’une charte visant à empêcher les personnes de devenir émotionnellement dépendantes de leurs robots » et « la création d’une personnalité juridique propre aux robots ».

Le 16 février 2017, le parlement européen a adopté une résolution sur ces problématiques.

Si la question d’attribuer une personnalité juridique aux robots, envisagée par la commission Delvaux, a été évoquée, pour le moment cette solution n’a pas été retenue par le parlement qui cependant considère à terme qu’il est envisageable de créer « une personnalité juridique spécifique aux robots, pour que les robots les plus sophistiqués puissent être considérés comme des personnes électroniques responsables, tenues de réparer tout dommage causé à un tiers ».

En revanche, les députés ont entendu la mise en garde de la commission Delvaux et insisté sur la nécessité de « garantir la possibilité d’exercer un contrôle humain à tout moment sur les machines intelligentes et d’accorder une attention particulière au fait qu’une relation émotionnelle est susceptible de se développer entre l’homme et le robot, notamment chez les personnes vulnérables (enfants, personnes âgées, personnes handicapées).

Cette résolution laisse perplexe.

Le développement des robots sexuels, ou love doll, est un fait avéré. Il existe un marché et l’apparition et le développement de ces robots de plus en plus sophistiqués s’inscrit dans l’évolution de ce que certains appellent déjà la « cybersexualité ».

« En 2017, l’android Love doll peut prendre 50 positions sexuelles automatisées, quelques autres simulent des orgasmes et/ou adoptent des personnalités préprogrammées ou parlent » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Robot_sexuel).

Le créateur de Samantha un robot sexuel espagnol bardé de capteurs, serait également doté d’un point G. « Disposant déjà d’un mode sexy et d’un mode famille, Samantha devra bientôt être équipée d’un code moral, c’est à dire que celle-ci sera plus excitée par une personne qui la traitera avec respect. Déjà capable de communiquer et d’avoir des orgasmes, le robot sera en mesure de jauger le caractère et la façon d’être de son propriétaire ».

Le meilleur restant à venir, le créateur de Samantha imagine en effet, la possibilité de permettre aux humains de se reproduire avec le robot sexuel, soit créer un génome artificiel à partir de la mère robot et du géniteur, puis d’associer ce génome à un algorithme, le tout relié à une imprimante 3D…(sciencepost.fr Le robot sexuel Samantha devient un produit de masse en Europe, par Yohan Demeure, 8 novembre 2017)

On aura beau rire de ce développement des poupées sexuelles, le phénomène est là, et si le bébé robot n’est pas pour demain, encore que, le phénomène s’amplifie à mesure que la technologie fabrique des poupées de plus en plus ressemblantes à l’homme et plutôt à la femme, car apparemment le robot sexuel masculin est plutôt sous-représenté sur ce marché particulier.

Envisager de donner une personnalité juridique spécifique est dangereuse, si le robot reste assigné à sa place de machine, le droit commun de la responsabilité des choses devrait s’appliquer naturellement. En cas d’incident ou d’accident provoqués ou dus à l’utilisation du robot, la responsabilité du propriétaire, ou du gardien du robot, sera évidemment applicable. Eventuellement, et le cas échéant, celle du constructeur ou du fabricant, pour des vices cachés par exemple.

Reste que dans le cas du robot sexuel, les relations personnelles avec le propriétaire vont nécessairement évoluer vers ce statut de « personne » tout au moins au sens juridique. En effet, sans même parler plaisir ou orgasme, aujourd’hui des situations comme le mariage avec des robots, l’adultère avec un robot, la filiation avec le robot, sont autant de problématiques soumises aux juristes car elles vont naturellement découler de ces situations relationnelles inédites, qu’elles soient sexuelles ou platoniques. La question de l’adultère virtuel fait déjà débat, un divorce a pu être prononcé aux torts exclusifs de l’épouse fréquentant un site de rencontre sans qu’il puisse lui être reproché d’avoir commis un adultère physique (Cour de cassation 30 avril 2014).

La commission Delvaux et le parlement européen sont donc d’une naïveté confondante s’ils pensent sérieusement empêcher toute relation émotionnelle entre un humain et un robot.

Le droit ne dicte pas les sentiments, au pire, on peut dire qu’il les encadre, il impose – encore un devoir de fidélité et punit l’adultère dans le mariage (mais pas dans le PACS), l’abandon d’enfant ou de domicile pour les conjoints, impose un devoir de secours et d’aliments, protège le patrimoine des époux et de la famille, protège les enfants, mais ne dicte jamais les sentiments.

Agnès Giard, auteur d’un ouvrage sur les Love dolls au Japon (Les Belles Lettres 2016), livre les explications les plus convaincantes et les plus subtiles sur la nature de ces relations qui se nouent assez naturellement dans ce pays entre humains et poupées sexuelles (Le Point High Tech/futurapolis-sexe-et-robots, Antoine Grenapin le 23 Novembre 2017).

Tout d’abord, elle insiste sur le fait que les japonais qui sont de grands amateurs de technologies ne recherchent pas dans les love dolls les fonctions motrices, telles que, bouger les yeux, la langue. Pour un japonais adepte de ce genre de poupée, ces effets sont même répulsifs. Pour eux « le mouvement tue la vie ». « quand elle bouge une love doll ressemble à un zombie ». Au contraire, « parce qu’étant immobile, elle favorise toutes les projections et se fait le miroir de nos états d’âme ». Les fabricants japonais leur donneraient donc un aspect volontairement factice, « parfois même un air absent et un regard plongé dans le vague ». Et Agnès Giard de poursuivre « ils ne sont pas faits pour nous remplacer en mieux, mais pour suggérer l’idée de la finitude ». Elle conclut « Plutôt que d’en faire des substituts destinés à remplacer l’humain, il serait beaucoup plus réaliste de les voir comme des éléments de langage ».

Michaël Puett, professeur à Harvard et spécialiste de la philosophie chinoise, expose dans son ouvrage « La Voie » (Belfond Nov. 2017 pour l’édition française), notamment, les théories de Xunzi dont la pensée repose sur l’artificialité. Xunzi considère en effet, que rien n’est naturel et qu’il n’est rien de plus dangereux que de considérer le monde comme naturel ou pire qu’il devrait l’être.

Michaël Puett écrit « Nous avons tendance à nous méfier des êtres qui paraissent artificiels ou fabriqués. Pourtant comme Xunzi ne manquerait pas de nous le rappeler, chacun de nous s’est fabriqué un personnage. Même lorsque nous sommes convaincus d’être naturels et authentiques, notre façon d’être résulte de multiples choix et relève donc également de l’artifice ».

Les juristes continueront donc longtemps, comme ils l’ont toujours fait, car la réalité précède toujours le droit, à courir derrière les évolutions technologiques, les intelligences artificielles, et les robots, qu’ils soient ou non à visée sexuelle.

* I LOVE YOU, un film de Marco Ferreri de 1986, dans lequel le personnage incarné par Christophe Lambert tombe amoureux d’un porte-clé en forme de visage féminin répondant « I love you » quand on le siffle. La même année, le japonais Nagisa Oshima imaginait Charlotte Rampling dans le rôle de l’épouse d’un diplomate ayant une liaison avec … un chimpanzé, dénommé Max.

{Consulter} l'article avec son forum.



Rechercher sur ce site :

{Site réalisé avec le logiciel SPIP} {Avocat Paris Bruxelles} {Plan du site}